Saut au contenu

Site institutionnel - CPRP SNCF


Imprimer la page Télécharger en PDF

Vous buvez un peu, il boit beaucoup

Publiée le 02/09/2019

Vous buvez un peu, il boit beaucoup

1 femme sur 10 déclare consommer ou avoir consommé, même occasionnellement, de l’alcool pendant sa grossesse.

 

Lorsqu’une femme enceinte boit de l’alcool son bébé aussi ! L’alcool traverse le placenta et passe directement dans le sang du bébé. Il n’y a pas de seuil en-dessous duquel boire de l’alcool ne serait pas grave pour le fœtus.

 

Il n’y a pas d’alcool moins dangereux qu’un autre. Un verre standard de whisky, de bière, de vin ou de pastis contient la même quantité d’alcool pur.  Même consommé de façon occasionnelle et en faible quantité, l’alcool est toxique pour le bébé et peut nuire à son développement. Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) représente la complication la plus grave et peut entraîner un retard de croissance, des anomalies faciales, des malformations et des atteintes cérébrales.

En dehors des causes génétiques, la consommation d’alcool pendant la grossesse représente la première cause de handicap mental et d’inadaptation sociale de l’enfant en France. Entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés (soit une naissance par jour) ont présenté au moins une conséquence liée à l’alcoolisation fœtale dont pour 452 d’entre eux (soit une naissance par semaine) un syndrome d’alcoolisation fœtale.

 

Pour ces raisons, il est essentiel de ne pas boire d’alcool tout au long de la grossesse.

 

Suivre cette recommandation n’est pas toujours facile. Parlez-en avec votre médecin traitant, votre gynécologue ou votre sage-femme qui saura vous conseiller.

 

 

Source des données chiffrées : Baromètre Santé 2017, Consommations d’alcool et de tabac durant la grossesse.

>>> Consultez l'ensemble des actualités