Saut au contenu

Site institutionnel - CPRP SNCF


Imprimer la page Télécharger en PDF

Variole du singe ou Monkeypox : ce qu'il faut savoir

Publiée le 03/10/2022

Variole du singe ou Monkeypox : ce qu'il faut savoir

L’épidémie de variole du singe, ou Monkeypox, est apparue en Europe au printemps 2022. En France, le nombre de cas signalés augmente régulièrement. Au 20 septembre 2022, 3 943 cas confirmés biologiquement ont été recensés. (source : Santé publique France).

 

La variole du singe est une maladie infectieuse qui se transmet principalement par le contact avec les lésions ou les croûtes d’une personne contaminée (rapports sexuels non protégés mais aussi partage de vaisselle, literie, linge de bain …). La personne malade est contagieuse dès les premiers symptômes et jusqu’à la cicatrisation complète de sa peau.

 

Que faire en cas de symptômes ?

Après une phase d’incubation d’entre 5 à 21 jours, les symptômes apparaissent : fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, une éruption cutanée, des vésicules remplies de liquide qui évoluent vers le dessèchement, la formation de croutes puis la cicatrisation.

 

Dès l’apparition des symptômes, vous devez vous isoler et contacter votre médecin, à défaut le SAMU (15) pour être orienté vers une consultation médicale. Un test de dépistage, 100% remboursé par la CPR, peut être prescrit.

Pour en savoir plus sur la maladie, la conduite à tenir en cas de symptômes ou de contact avec une personne malade vous pouvez consulter le dossier Monkeypox sur solidarites-sante.gouv.fr
 

Info Plus

 Une plateforme téléphonique d’information «Monkeypox Info service» est accessible gratuitement 7j/7 de 8h à 23h au 0801 90 80 69 afin de répondre à vos questions. En savoir plus sur Monkeypox info service.

 

Une vaccination préventive contre la variole du singe

La Haute Autorité de santé recommande qu'une vaccination préventive soit proposée aux groupes les plus exposés au virus, c'est-à-dire :

  • les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ayant des partenaires multiples ;
  • les personnes transgenres multipartenaires ; 
  • les travailleurs du sexe : personnes en situation de prostitution, acteurs pornographiques, etc. ;
  • les professionnels exerçant dans les lieux de consommation sexuelle.

 

Pour en savoir plus sur la vaccination et l’accès aux lieux de vaccination :

>>> Consultez l'ensemble des actualités