Saut au contenu

Site institutionnel - CPRP SNCF


Imprimer la page Télécharger en PDF

Mois sans tabac : Rejoignez des milliers d'autres personnes pour arrêter de fumer en novembre !

Publiée le 05/11/2020

Mois sans tabac : Rejoignez des milliers d'autres personnes pour arrêter de fumer en novembre !

Trouver la motivation pour arrêter de fumer n’est pas toujours facile. Mettre fin aux idées reçues, être bien informé sur les différents outils de soutien dans l’arrêt du tabac et le faire à un moment clé peut vous aider à vous motiver.

 

Stop aux idées reçues sur le tabac !

 

« Pas de risque, je ne fume pas beaucoup »

Il n’y a pas de consommation sans risque. Les personnes qui fument 1 à 4 cigarettes par jour multiplient par 3 leur risque de maladies cardiovasculaires ou de cancer du poumon, comparé aux non-fumeurs.

 

« Je fais du sport, ça nettoie mes poumons »

Faire du sport ne compense pas les risques liés au tabagisme. Non seulement l’activité physique n’élimine ni le goudron ni les substances toxiques inhalées en fumant, mais en plus le tabagisme augmente le risque d’accident cardio-vasculaire lors de l’activité sportive. Lors d’un effort, l’organisme a besoin de plus d’oxygène or le tabagisme réduit la quantité d’oxygène disponible.

 

« Je fume depuis trop longtemps, ça ne sert plus à rien de s'arrêter »

Il n'est jamais trop tard pour arrêter de fumer. Même après 40, 50 ou 60 ans de tabagisme actif, l'arrêt du tabac reste bénéfique pour votre santé. Le risque de développer une maladie grave diminue pour atteindre progressivement celui des non-fumeurs.

 

« Je ne fume que des cigarettes "light", elles sont moins nocives »

La composition des cigarettes "light" et des cigarettes classique est identique ! Seul le filtre, qui comporte des trous pour les cigarettes light de manière à évacuer plus facilement la fumée, change. Ce qui n'est pas forcément bon car les fumeurs auront tendance à tirer deux fois plus fort sur leurs cigarettes et à en consommer plus.

 

« Je fume car ca me déstresse»

La nicotine contenue dans la cigarette, c’est ce qui rend dépendant. Quand le fumeur n’a pas de cigarette, le manque de nicotine met son cerveau en souffrance et des signes de manque (nervosité, stress, anxiété) peuvent apparaitre. Dès que l’on fume, le cerveau recevant sa dose de nicotine, on se sent apaisé. On a donc l’impression que la cigarette diminue le stress mais en réalité elle ne fait que calmer le manque… Et quand on fume, cela accélère les battements du cœur et fait augmenter la pression artérielle.

 

Pour arrêter de fumer, être motivé et bien préparé sont de vrais atouts. Mais pas que ! Vous pouvez avoir besoin de soutien dans votre démarche. Pour en savoir plus sur les outils d’aide au sevrage tabagique, cliquez ici.

 

N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant.

 

Sources :
Haute Autorité de Santé
Institut National du Cancer
Organisation Mondiale de la Santé

 

>>> Consultez l'ensemble des actualités