Saut au contenu

Site institutionnel - CPRP SNCF


Imprimer la page Télécharger en PDF

Les papillomavirus (HPV) : principale cause du cancer de col de l'utérus

Publiée le 20/01/2020

Les papillomavirus (HPV) : principale cause du cancer de col de l'utérus

Les papillomavirus touchent également les hommes

Principale cause des cancers du col de l’utérus, les papillomavirus humains (HPV) sont à l’origine chaque année, de plus de 6 000 nouveaux cas de cancers. Ces virus sexuellement transmissibles, concernent aussi les hommes et peuvent être à l’origine des cancers de l’anus, du vagin, du pénis, de la bouche ou de la gorge.

 

 

Nous pouvons agir contre ces virus grâce à la vaccination !

 

 

Je fais vacciner mon enfant contre le HPV dès l’âge de 11 ans

 

La vaccination permet de lutter contre l'infection par certains types de virus HPV (16 et 18), à l'origine de 70% des cancers du col de l’utérus. La vaccination est donc recommandée aux jeunes filles âgées de 11 à 14 ans, avant le début de leur activité sexuelle, et peut être proposée en rattrapage chez les jeunes filles de 15 à 19 ans révolus, qui ne seraient pas encore vaccinées.

 

 

La vaccination HPV avec le dépistage par frottis sont deux stratégies complémentaires de prévention du cancer du col de l’utérus.

 

En tant que femme je pense à mon frottis de dépistage, dès 25 ans

 

Il ne faut pas oublier que vaccinée ou non, la prévention du cancer du col de l’utérus, passe par un frottis de dépistage, tous les trois ans : c’est indispensable. Ce frottis permet de détecter les lésions précancéreuses chez les femmes qui ne présentent aucun symptôme, et ainsi de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer. Les deux premiers frottis doivent être réalisés à un an d'intervalle. S’ils ne décèlent pas d’anomalies, les frottis suivant seront tous les 3 ans.

 

Soyez attentive à l'apparition de signes inhabituels, quel que soit votre âge : n’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant ou un gynécologue en cas de douleurs inexpliquées ou de saignements après les rapports sexuels ou entre les règles. Ces signes ne signifient pas forcément que vous êtes atteinte d'un cancer du col de l'utérus mais doivent vous amener à consulter un médecin.

 

Pour en savoir plus :

 

>>> Consultez l'ensemble des actualités