Saut au contenu

Site institutionnel - CPRP SNCF


Imprimer la page Télécharger en PDF

Associer alcool et tabac, c'est multiplier les risques

Publiée le 12/03/2018

Associer alcool et tabac, c'est multiplier les risques

 


Prenez soin de votre santé

 

 

Les consommations d'alcool et de tabac sont souvent associées. On sait, par exemple, que le corps recherche l’effet stimulant de la nicotine pour lutter contre la somnolence induite par l’alcool. Mais cette « addiction croisée » n’est pas sans risque. Si fumer augmente le risque de cancers par dix, l'association alcool + tabac multiplierait ce risque par 37 (sources www.ligue-cancer.net).

 

L’exposition répétée à l’alcool entraîne des lésions de la muqueuse buccale. En réponse, le corps répare mais en produisant parfois des cellules de mauvaise qualité.

 

Par la suite, l’alcool ingéré est transformé en acétaldéhyde, une molécule qui va agir sur les cellules en abimant l’ADN. Cette molécule a donc un effet cancérigène au niveau des muqueuses de la cavité buccale, du larynx, du pharynx, de l’œsophage, du foie mais aussi sur l’ensemble de l’organisme. Des études médicales ont montré que cette production d'acétaldéhyde augmentait en cas d'association alcool et tabac.

               

Lorsqu’on associe alcool et cigarette, l’éthanol contenu dans les boissons alcoolisées favorise le passage des substances cancérigènes contenues dans la fumée. Par exemple, le benzopyrène, principal agent cancérigène de la fumée, favorise le développement du papillomavirus (HPV) sur le col utérin. De plus, la consommation d'alcool augmente l'intensité de la fumée de tabac. L’inhalation est plus profonde et favorise l’action des agents toxiques.

 

Aucun type d’alcool n’est plus à risque qu’un autre : c’est la quantité consommée d’alcool pur qui expose au risque de développer un cancer. 

 

 

Je peux changer mes habitudes

 

Les moments festifs et la consommation d'alcool sont souvent associés avec la prise de cigarettes. Habitude, manque de nicotine, besoin de réconfort ou de détente ; si chaque cigarette ou chaque verre répond à un stimulus particulier, il existe autant de moyens de faire disparaître ces envies. Pour ne plus associer tabac et cigarettes, il faut s’entraîner à changer ses habitudes.

 

Dans les premiers temps on peut s’aider de substituts nicotiniques mais il faut aussi prendre de nouvelles habitudes comportementales : aller boire un verre d'eau, marcher quelques minutes, changer de groupe de conversation. Il suffit souvent de penser à autre chose pendant cinq minutes pour que les envies de fumer passent. Il peut être utile de réduire un peu la consommation d'alcool car notre sensibilité aux effets de l'alcool augmente quand on arrête de fumer.

 

Quelques habitudes qui peuvent être prises pour vous aider à arrêter de fumer :

  • Levez-vous de table de suite après manger, supprimez le café, à la place faites quelque chose qui vous détend (coup de fil à un ami(e)).
  • Remplacez la cigarette par d'autres activités qui vous font plaisir et vous font du bien : balades, shopping, sorties, sport, reprise de contact avec de vieux ami(e)s (idéalement non fumeurs !), lecture d'un bon livre.
  • Si le tabac vous aidait à lutter contre le stress, démarrez de la relaxation, de la gym, de la natation, un sport de combat, du vélo.
  • Évitez les situations à risques : les restaurants et les bars étant maintenant non fumeurs, ce sera plus facile si vous sortez. Mais dans un premier temps, évitez les lieux où beaucoup de personnes fument, les fêtes privées, soirées chez des amis où vous aurez beaucoup de mal à ne pas craquer, surtout au début.
  • Associer vos proches à votre démarche : amis, famille, informez-les de votre décision et demandez-leur de vous aider.

 

Pour en savoir plus :

 

>>> Consultez l'ensemble des actualités