Saut au contenu

Site institutionnel - CPRP SNCF


Imprimer la page Télécharger en PDF

Les troubles de l'audition

 

 

Les troubles de l'audition, qu'est-ce que c'est ?

 

La déficience auditive se caractérise par l’incapacité d’une personne à entendre aussi bien que quelqu’un ayant une audition normale. Elle peut être légère, moyenne, sévère ou profonde, et peut toucher une oreille ou les deux, entraînant des difficultés pour suivre une conversation ou entendre les sons forts.

 

La surdité est ainsi un état pathologique de l'audition, caractérisé par une perte partielle ou totale de la perception des sons. Elle affecte 6% des 15-24 ans et plus de 65% des personnes âgées de 65 ans et plus.

 

La perte auditive se produit lorsqu'une partie des signaux sonores arrivant à l'oreille n'atteint plus le cerveau. Une échelle, exprimée en décibel, permet de distinguer différents niveaux de perte auditive :

  • Perte auditive inférieure à 20 dB : audition normale,
  • Perte auditive de 20 à 40 dB : surdité légère,
  • Perte auditive de 40 à 70 dB : surdité moyenne,
  • Perte auditive de 70 à 90 dB : surdité sévère,
  • Perte auditive supérieure à 90 dB : surdité totale.

 

La mesure de la perte auditive et le diagnostic de surdité sont faits par le médecin spécialiste ORL (Oto-rhino-laryngologiste) selon diverses techniques. L’examen audiométrique de base est simple, rapide, et indolore ;

les résultats figurent sur un audiogramme qui indique les valeurs de la perte auditive aux diverses fréquences.

 

On distingue généralement 3 formes de surdité en fonction de la localisation des lésions :

  • La surdité de transmission (oreille externe ou moyenne). Due à des lésions du tympan ou des osselets.
  • La surdité de perception (oreille interne ou nerf auditif). Due à des troubles de la transmission nerveuse des sons.
  • La surdité centrale liée à une lésion des centres auditifs.

 

Une surdité peut être mixte, c'est à dire résulter d'une atteinte à plusieurs niveaux.

 

 

Parmi les troubles les plus fréquents de l’audition, on retrouve :

  • La presbyacousie : faisant partie des maladies liées à l'âge, il s’agit du vieillissement du système auditif. Cette maladie apparaît le plus souvent à partir de 50-60 ans.
  • Les acouphènes : il s’agit de bruits parasites ne provenant pas de l’extérieur, mais que vous entendez dans l’oreille (bourdonnements ou sifflements).
  • L’otite : survient en général après un rhume et touche le plus fréquemment les enfants âgés entre 6 mois et 3 ans. 
  • Les traumatismes sonores : résultent d’une exposition brutale ou prolongée à des niveaux sonores excessifs, propres à endommager l’oreille interne. 


 

Le Dr. Didier Bouccara,
Médecin ORL, Praticien Hospitalier et Consultant pour les services médicaux à la SNCF
répond à nos questions.

 

 

Les problèmes d’audition ne concernent que les personnes âgées ?

 

NON : les troubles de l’audition sont possibles à tous les âges et il est important de les dépister pour les corriger et éviter leurs conséquences à la fois sur la communication et sur un certain nombre de fonctions dont la mémoire.

 

Schématiquement on va distinguer plusieurs situations, en fonction de l’âge :

  • À la naissance il existe un dépistage universel de la surdité chez le nouveau-né.
    Ceci permet une prise en charge précoce et adaptée par des équipes spécialisées pour les troubles de l’audition de l’enfant.
  • Durant la petite enfance, et l’adolescence un certain nombre de surdités génétiques peuvent se révéler ; il peut également y avoir des complications des otites récidivantes avec un impact sur l’audition ;
  • Tout au long de la vie peuvent survenir des surdités liées à des accidents : traumatisme crânien important par exemple, ou à des infections : otite compliquée, méningite… Et également à des tumeurs. Il faut aussi évoquer les surdités liées à l’exposition au bruit dans le cadre professionnel et dans le cadre des loisirs. Enfin il existe des surdités brutales pour lesquelles la cause n’est pas toujours facile à identifier ;
  • Chez les séniors, l’atteinte auditive n’est pas une maladie : c’est une atteinte fonctionnelle attendue par vieillissement normal. Tout comme la presbytie pour la vision, la perte auditive liée à l’âge : presbyacousie, est plus ou moins précoce et plus ou moins importante.

 

Comment reconnaître les bruits nocifs pour notre audition ?

 

Malheureusement nous ne sommes pas tous égaux vis-à-vis des risques liés aux expositions à des niveaux sonores élevés. Par exemple un groupe de plusieurs personnes assiste à un concert de musique amplifiée : à la fin de celui-ci la majorité ne va ressentir aucun symptôme, un petit nombre peut présenter des symptômes durant quelques heures : sensation d’oreille bouchée, bourdonnements ou sifflements d’oreilles, et malheureusement certains peuvent présenter une atteinte auditive définitive. Comme il n’est pas possible de prévoir cette sensibilité de chacun, la recommandation est de protéger ses oreilles dès que le niveau sonore est élevé.

 

A quoi reconnaît-on les premiers signes de baisse de l’audition ?

 

Les premiers signes de baisse de l’audition sont différents en fonction de l’âge. Chez le jeune enfant cela va se traduire par des difficultés d’apprentissages, en particulier du langage. Chez les personnes plus âgées il va s’agir d’une gêne progressive à la compréhension, dans certaines situations bruyantes : grands magasins, restaurants, repas de groupes, et d’une gêne à la communication au téléphone ainsi que pour le suivi des programmes télévisuels.

 

Est-ce que les lésions qui sont faites lorsque l’on est jeune sont irréversibles ?

 

Une des caractéristiques du système auditif est la fragilité de l’oreille interne. Cet organe qui a la forme d’un petit escargot, s’appelle la cochlée. Elle contient un nombre limité de cellules sensorielles, les cellules ciliées, dont le rôle est de coder les différents sons en fonction de leur fréquence. Le nombre de ces cellules est limité, et comme elles ne régénèrent pas, leur perte, qu’elle soit liée à des facteurs traumatiques ou à l’évolution naturelle avec l’âge, se traduit par une perte irréversible de l’audition.

 

 

Je prends soin de mon audition, je réduis les risques

 

Pour réduire le risque, deux possibilités : abaisser le niveau et réduire la durée d’exposition sonore !

 

Certains facteurs favorisent l’apparition des troubles de l’audition. Il s’agit essentiellement des expositions nocives au bruit. Le degré de nocivité dépend de la durée d’exposition, de l’intensité du bruit et de sa fréquence. La limite de la nocivité se situe aux alentours de 85-90 dB. Au-dessous de 80 dB, il n’y a pas de risque de dégradation brutale de l’audition. Au-dessus de cette valeur, le risque augmente avec le niveau sonore.

 

Le plus souvent, l’atteinte porte sur la cochlée. Située dans l’oreille interne, la cochlée est la partie la plus utile mais aussi la plus délicate et fragile de l’oreille. Elle renferme les cellules sensorielles ciliées qui permettent la transformation du son en influx nerveux. Comme elles ne se renouvellent pas, leur destruction réduit progressivement la transformation du son en influx nerveux. On devient alors de plus en plus sourd.

 

Quelques règles à appliquer au quotidien permettent de conserver une bonne audition le plus longtemps possible :

  • Eloignez-vous des sources de bruit trop intenses.
  • Réduisez le volume des appareils, notamment ceux en contact direct avec les oreilles.
  • Pour les parents, pensez à éviter l’exposition des enfants à des niveaux sonores élevés (pas plus de la moitié du volume maximum possible et pas plus d’1h par jour). A défaut, utilisez des protections auditives spécialement conçues pour eux.
  • Protégez-vous les oreilles (bouchons ou casque) lorsque vous êtes exposés à des sons intenses (concert, bricolage…).
  • Diminuez le temps d’écoute avec vos écouteurs ou votre casque, et surtout ne vous endormez pas avec.
  • Lors de l’écoute prolongée faites régulièrement des pauses : ménagez-vous des moments de silence ou de calme.
  • Pour les femmes enceintes, il est recommandé d'éviter l'exposition à des niveaux sonores élevé au cours de la grossesse

 

J’entends moins bien, que faire ?

 

Si vous entendez moins bien, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant. S’il suspecte une surdité, il vous orientera vers un médecin ORL.

 

Le dépistage des troubles de l’audition est indispensable à l’équilibre de la santé et à la qualité de vie relationnelle, à tous les âges. Les nouveau-nés bénéficient d’un dépistage néo-natal qui permet de diagnostiquer la surdité. Chez l’enfant, une baisse de l’audition peut être décelée au cours d’un bilan médical, tout particulièrement à l’âge de l’acquisition du langage, entre 12 et 24 mois, ou par des tests de l’audition effectués au cours d’une visite de santé scolaire.

 

Chez l'adulte, le dépistage est proposé dès l’âge de 45-50 ans dans le cadre de la médecine du travail, et plus précocement et régulièrement dans les situations à risque (travail en milieu bruyant). Un premier bilan peut également être réalisé chez un ORL, ou lors de bilans de santé.

 

Le médecin ORL procèdera à un examen des tympans. Des examens complémentaires spécialisés sont indispensables pour quantifier la perte d’acuité auditive :

  • L’audiométrie tonale permet de mesurer le niveau d’audition de chaque oreille : la conduction par voie aérienne et par voie osseuse sont testées ; Une courbe auditive est alors établie en fonction des réponses : l’audiogramme.
  • L’audiométrie vocale permet d’évaluer la compréhension. Le sujet doit répéter correctement des mots simples et courants à différentes intensités.
  • Les otoémissions acoustiques sont des vibrations générées par les cellules ciliées de la cochlée suite à une stimulation sonore. Leur enregistrement permet de vérifier que ces cellules fonctionnent correctement.
  • Les potentiels évoqués auditifs automatisés s’enregistrent grâce à des électrodes placées sur le cuir chevelu, en stimulant les oreilles avec une intensité sonore variable. Ce test permet de vérifier le fonctionnement de la cochlée et du nerf auditif.

 

Des contrôles préventifs peuvent également être réalisés gratuitement chez les opticiens-audioprothésistes ; en cas de déficience auditive détectée, une consultation ORL sera indispensable pour poser un diagnostic et vous accompagner en termes de prise en charge.

 

Si vous avez une perte d'audition, faites surveiller l'évolution de votre audition chaque année. Préserver sa santé auditive, c’est préserver sa santé.

 

La prise en charge des appareils auditifs

 

Si la perte auditive est permanente et suffisamment importante pour entraîner une gêne dans la vie quotidienne, un appareillage auditif peut être envisagé. Pour en savoir en plus sur les modalités de remboursement, cliquez ici.

 

Sources :