Saut au contenu

Site institutionnel - CPRP SNCF


Imprimer la page Télécharger en PDF

Le diabète

 

Le diabète est une maladie chronique qui ne se guérit pas, mais qui peut être traitée et contrôlée.  Il est caractérisé par un manque ou un défaut d’utilisation de l’insuline ce qui peut entraîner une hyperglycémie chronique, c’est à dire un taux de sucre (glucose) trop élevé dans le sang.

A long terme, une glycémie élevée provoque des dommages dans l’organisme et une insuffisance de divers organes et tissus.

 

 

C’est une maladie en pleine expansion qui, d’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), pourrait devenir la 7ème principale cause de décès dans le monde d’ici 2030. Plus de 347 millions de personnes sont diabétiques dans le monde.

 

 

 

 

 

Le diabète  de type 1

Le diabète de type 1 (diabète insulinodépendant) est habituellement découvert chez les personnes jeunes : enfants, adolescents ou jeunes âgés de moins de 20 ans. Il est dû à une destruction progressive des cellules du pancréas produisant l’insuline. En son absence, les cellules ne peuvent plus utiliser correctement le sucre qui circule dans le sang. Les personnes atteintes de cette forme de diabète ont besoin d’injections d’insuline chaque jour afin de maintenir leur glycémie sous contrôle. Le diabète de type 1 concerne 10% des diabétiques en France.

 

Les symptômes du diabète type 1

Le diabète de type 1 se manifeste rapidement avec des signes liés à l'hyperglycémie :

 

 

 

 

Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 est dû à une mauvaise utilisation de l’insuline. Il représente 90 % des cas de diabète en France et est en grande partie lié à une surcharge pondérale et à la sédentarité. Il apparaît généralement après 40 ans, mais il touche de plus en plus de personnes jeunes.


Les symptômes du diabète type 2

Le plus souvent, le diabète de type 2 évolue en silence sans aucun symptôme. Il peut être découvert au hasard, à l’occasion d’une prise de sang ou, parfois, c’est une complication du diabète qui se manifeste en premier et qui va permettre le diagnostic.


Cependant, il existe quelques signes qui peuvent vous alerter : une fatigue plus importante, des troubles de la vision, la sensation de bouche sèche, le besoin d’uriner souvent, d’avoir davantage faim ou soif, des picotements dans les pieds, des infections qui guérissent mal ...


Des études montrent que des mesures simples modifiant notre mode de vie sont efficaces pour prévenir ou retarder le diabète de type 2 :

  • faire de l’exercice physique au moins 30 minutes par jour d’un exercice régulier d’intensité modérée. Une activité physique plus intense est nécessaire pour perdre du poids ;
  • avoir un régime alimentaire sain composé de 3 à 5 fruits et légumes par jour et réduire l’apport en sucre et en graisses saturées ;
  • parvenir à un poids corporel normal et le maintenir ;
  • arrêter le tabac - la cigarette augmente le risque de maladie cardio-vasculaire.

 

 

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel est une forme de diabète qui se traduit par une glycémie élevée pendant la grossesse et qui disparaît généralement après la grossesse. Les femmes qui en sont atteintes, ainsi que leurs enfants, sont exposés à un risque élevé de développer un diabète de type 2 plus tard au cours de leur vie.

 

 

Les complications dues au diabète

Avec le temps, le diabète peut endommager le coeur, les vaisseaux sanguins, les yeux, les reins et les nerfs. Les complications dues au diabète sont nombreuses :

  • Il augmente le risque de cardiopathie et d’accident vasculaire cérébral.
  • Au niveau des pieds, le diabète peut entraîner une perte de la perception de la douleur, c’est la neuropathie. Il augmente la probabilité d’apparition d’ulcères des pieds, d’infections et, au bout du compte, d’amputations des membres.
  • La rétinopathie diabétique est une cause importante de cécité et survient par suite des lésions des petits vaisseaux sanguins de la rétine qui s’accumulent avec le temps.
  • Les maladies rénales sont beaucoup plus fréquentes chez les personnes diabétiques, causées par les dommages subis par les petits vaisseaux sanguins des reins.
  • Les femmes atteintes de diabète pendant la grossesse sont exposées à diverses complications si elles ne se surveillent pas attentivement et ne gèrent pas leur affection. Une hyperglycémie pendant la grossesse peut entraîner une prise de poids excessive du fœtus, ce qui peut provoquer des problèmes lors de l’accouchement, un traumatisme de l’enfant et de la mère ainsi qu’une baisse soudaine de la glycémie chez l’enfant après la naissance.
  • La grippe est plus dangereuse en cas de diabète car, fragilisé par une maladie chronique, l'organisme est plus exposé aux complications grippales qui peuvent être parfois très graves. La grippe augmente aussi le risque de déséquilibre du diabète. Nous prenons en charge votre vaccin à 100 %. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

 L’arrêt du tabac est important pour éviter les complications. Pour vous aider à arrêter de fumer, nous pouvons vous faire bénéficier d'un remboursement forfaitaire sur les substituts nicotiniques dans toutes les pharmacies, sur présentation de votre ordonnance faite par votre médecin ou votre sage-femme.
Cliquez ici pour en savoir plus.


 

Le traitement  du diabète

Le traitement du diabète impose la baisse de la glycémie et la réduction des autres facteurs de risque de lésion des vaisseaux sanguins.


Les bases du traitement du diabète sont un bon équilibre alimentaire, la pratique d’une activité physique adaptée, et une éventuelle perte de poids. Quand ces mesures ne suffisent pas à maintenir un taux de sucre approprié dans le sang, votre médecin traitant pourra vous prescrire des médicaments (des antidiabétiques).

 

Un suivi médical régulier est indispensable

 

7 points de suivi annuel sont recommandés par la Haute Autorité de Santé (HAS) :

  • 4 visites chez votre médecin traitant ou votre diabétologue,
  • 4 dosages de hémoglobine glyquée (HbA1C) : une prise de sang pour évaluer le taux de sucre moyen dans le sang sur une période de trois mois environ,
  • 1 visite chez l’ophtalmologue pour dépister et surveiller les éventuelles complications oculaires,
  • 1 bilan dentaire, car le risque d’infection est plus élevé
  • 1 bilan lipidique (cholestérol) pour rechercher d’autres facteurs de risque cardiovasculaire,
  • 1 bilan biologique rénal pour rechercher un début d’insuffisance rénal,
  • 1 électrocardiogramme pour détecter une éventuelle complication cardiovasculaire.

 

 Le diabète : une affection de longue durée (ALD)
Le diabète s’inscrit dans le dispositif « Affection Longue Durée ». Les examens et les soins en rapport avec cette pathologie sont pris en charge à 100 % (dans la limite des tarifs de la Sécurité sociale).
Parlez-en à votre médecin traitant.

 

L'auto-surveillance glycémique :

L’auto-surveillance glycémique permet de contrôler vous-même votre glycémie (taux de sucre dans le sang) au moyen d’un lecteur de glycémie et de bandelettes prescrites par votre médecin. Elle est réalisée à partir d’une goutte de sang prélevée sur le bout de votre doigt. La fréquence et le recours à l’auto-surveillance varient d’une personne à une autre et dépendent de votre situation (nouveau traitement, grossesse, type 1, type 2 ...).


Quelle est votre prise en charge ?

  • Si vous êtes diabétique de type 2 non traité par insuline, la prise en charge des bandelettes d’auto-surveillance glycémique par la Caisse est limitée à 200 par an.
  • Si vous êtes diabétique de type 2 traité par insuline, ou diabétique de type 1, les bandelettes sont totalement prises en charge par la Caisse.


Un lecteur de glycémie est remboursable tous les 4 ans chez l’adulte et deux lecteurs tous les 4 ans chez les jeunes de moins de 18 ans.
Un auto-piqueur par an est pris en charge chez l’adulte et 2 par an, chez l’enfant et l’adolescent de moins de 18 ans.

 

 

Prévenir les complications des yeux

Dépistage de la rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique est une complication grave due au diabète. Des lésions de la rétine s’installent souvent sans donner de signes d’alerte, mais elles peuvent se compliquer brutalement d’une baisse, voire d’une perte de la vue, définitive. D’où l’importance d’un contrôle régulier par un spécialiste. Il est recommandé de faire un contrôle de la rétine (fond de l’œil) tous les ans. Plus elle est détectée tôt, plus les possibilités de traitement et de stabilisation de la rétinopathie sont grandes.

Si vous êtes diabétique, faites un dépistage régulier !


Si vous êtes diabétique et vous avez moins de 70 ans, nous vous remboursons les actes de dépistage de la rétinopathie diabétique effectués par les orthoptistes et les médecins ophtalmologistes. Vous bénéficiez également de la dispense d'avance des frais.

 

 

Prévenir les complications du pied

Le diabète peut entraîner des complications vasculaires graves, avec perte de la sensibilité des pieds (la neuropathie). Non traitées, ces lésions peuvent au début passer inaperçues et, par la suite, s'infecter ou être la cause d'ulcères cutanés.


Pour prévenir et soigner ce type de risque, si vous êtes diabétique, nous vous remboursons les soins et les actes de prévention des lésions des pieds réalisés par les pédicures-podologues conventionnés.

 

Quelle est votre prise en charge ?

Votre médecin vous conseillera et vous prescrira, si nécessaire des soins de pédicurie qui seront pris en charge selon les modalités suivantes. Si vous présentez des pieds à risque de grade 2 (neuropathie associée à une déformation du pied et/ou une artérite) et de grade 3 (antécédent d’amputation ou d’ulcération d’un pied), nous vous remboursons 4 séances de soins au maximum pour le grade 2 et 6 séances de soins au maximum pour le grade 3.

 

 Le pédicure-podologue ne peut pas facturer de dépassements d’honoraires pour ces séances, ni de majorations de nuit, de dimanche ou de jour férié.
Ces séances peuvent être dispensées au cabinet du pédicure-podologue ou au domicile du patient.