Saut au contenu

Site institutionnel - CPRP SNCF


Imprimer la page Télécharger en PDF

Le dépistage

 

 

 

Le dépistage : une démarche préventive capitale

Le dépistage est un véritable acte de prévention. Faire un test de dépistage c’est permettre de détecter, chez une personne parfois apparemment en bonne santé et ne se plaignant de rien, une maladie, à un stade précoce, pour pouvoir mieux la prendre en charge, la traiter.


Dans la plupart des cas, plus la maladie est dépistée tôt, plus le traitement est efficace, plus l’apparition de complications liées à la maladie est retardée voire évitée, plus les chances de guérison sont grandes.

 Le dépistage nous concerne tous, quels que soient notre sexe et notre âge.


Il n’existe pas de tests de dépistage pour toutes les maladies et, en matière de dépistage, il est souvent fait référence au dépistage des cancers. Mais le dépistage ne concerne pas que les cancers.

Certaines maladies chroniques ou non, infectieuses, y compris dentaires, peuvent aussi bénéficier d’un dépistage ou d’une détection précoce.

 

C’est le cas, par exemple, des dépistages réalisés :

  • pendant la grossesse : toxoplasmose, rubéole, trisomie 21 etc.
  • chez le nouveau-né : hypothyroïdie congénitale, mucoviscidose, phénylcétonurie etc.
  • pour rechercher des maladies sexuellement transmissibles : hépatites virales B et C, infection par le VIH etc.
  • pour rechercher les maladies bucco-dentaires les plus fréquentes : caries, maladies de la gencive, parodontopathies etc.
  • pour rechercher une maladie chronique qui peut donner des complications graves comme le diabète
 Ce sont votre médecin traitant, vos autres médecins, votre chirurgien dentiste qui décident, avec vous, en fonction des éléments cliniques, de l’intérêt de réaliser un dépistage.
Grâce à ce dialogue, vous pouvez prendre ensemble les décisions les plus adaptées à votre situation.

 

Dépistage organisé ou individuel ?

Pour les maladies pouvant bénéficier d’un dépistage, il existe globalement, deux grandes modalités de dépistage : le dépistage organisé et le dépistage individuel.


Le dépistage organisé

Il est réalisé dans le cadre d’un programme national mis en place par les autorités de santé. Dans ce cas, une action d’incitation est mise en place par ces autorités (campagnes nationales de dépistage).


Ce dépistage organisé concerne toutes les personnes d’une certaine tranche d’âge ne présentant pas de risque particulier pour la maladie dépistée.

 

 En France, actuellement, il existe un dépistage organisé pour deux cancers très fréquents :
 
  • le cancer du sein : le dépistage organisé concerne les femmes de 50 à 74 ans
  • le cancer colorectal : le dépistage organisé est proposé aux femmes et hommes de 50 à 74 ans.

Pour qu’un dépistage organisé soit mis en place, certains critères, définis par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) doivent être remplis. Ils sont relatifs à la maladie (fréquence, gravité, processus de développement de la maladie), aux tests de dépistage et aux traitements.


Les personnes qui ne sont pas concernées par les dépistages organisés peuvent bénéficier d’un dépistage individuel.

 

Le dépistage individuel

Cette démarche de détection individuelle concerne les personnes qui ont un risque plus élevé que la moyenne de développer un type de maladie.


Il est réalisé dans le cadre de votre suivi particulier, en fonction de votre contexte médical. Il est envisagé à votre initiative et celle du médecin, sur prescription médicale.

 

Il existe un dépistage individuel pour 3 principaux cancers :

  • cancer du col utérin
  • tumeurs de la peau (mélanome)
  • cancer de la prostate

 

Pour les maladies pouvant être dépistées, il existe pour chacune d’entre elles un examen de dépistage de référence (par exemple : mammographie pour le cancer du sein, le test immunologique pour le cancer colorectal).

 

Le test de dépistage n’affirme pas le diagnostic, il donne des éléments faisant suspecter la maladie : lorsqu’une anomalie est découverte (test positif), des examens complémentaires sont nécessaires pour confirmer le diagnostic.

 

Pour les cancers, par exemple, seuls un prélèvement et une analyse des cellules prélevées permettent de poser avec certitude un diagnostic et de déterminer, le type de cancer, son stade d’évolution. C’est en fonction de ces résultats que le type de traitement, de prise en charge à effectuer est proposé et mis en place.

 

Pour les cancers, le dépistage organisé ou individuel peut améliorer le pronostic de guérison, rallonger l’évolution, améliorer le confort, et permet la mise en œuvre de traitements souvent moins lourds avec moins d’effets secondaires.

 

 

Info Plus

 

  • Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) : cliquez ici
  • Haute Autorité en Santé (HAS) : cliquez ici - Institut de Veille Sanitaire (INVS) : cliquez ici
  • Institut National du Cancer (INCa) : cliquez ici
  • Cancer Info Service : 0 810 810 821
  • Sida Info Service 0 800 840 800

 

    Le dépistage du cancer du sein

Nous nous associons au programme national de dépistage organisé du cancer du sein : toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans sont invitées tous les deux ans à bénéficier d’une mammographie de dépistage gratuite.

 

 

Le cancer du sein : le cancer le plus fréquent chez la femme en France

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme et aussi le plus meurtrier. Une femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein au cours de sa vie. Chaque année, ce sont près de 49 000 femmes  pour lesquelles un cancer du sein est détecté et près de 11 900 décèdent des suites de cette maladie.
Pourtant, détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans 9 cas sur 10.
Il est donc essentiel de faire les mammographies de dépistage gratuites, même si vous vous sentez bien !

 

Le dépistage organisé du cancer du sein : c’est pour qui ?

C'est entre 50 et 74 ans que les femmes ont le plus de risques de développer un cancer du sein. Il est donc important qu'elles bénéficient de la mammographie de dépistage : un moyen efficace, simple et gratuit pour détecter un cancer du sein le plus tôt possible.

 

Pourquoi se faire dépister ?

Le cancer du sein est un cancer grave d’évolution lente, longtemps sans signes extérieurs. Sans le  dépistage, il est souvent découvert à un stade avancé.

La mammographie de dépistage permet de détecter des cancers de petite taille, bien avant qu’ils ne soient palpables ou que des symptômes n’apparaissent.

 

Plus la maladie est découverte à un stade précoce, plus les chances de guérison sont grandes.

 

Comment se déroule le dépistage ?

Des centres de coordination des dépistages (placés sous la responsabilité du Ministère de la Santé) assurent l'organisation locale des dépistages.


Si vous avez entre 50 et 74 ans, tous les deux ans vous recevez un courrier d'invitation pour effectuer une mammographie de dépistage, accompagné d'un bon de prise en charge et de la liste des radiologues de votre département agréés dans le cadre du programme de prévention national. Vous choisissez celui que vous souhaitez consulter et vous prenez rendez-vous.

 

 Un examen pris en charge à 100% Lors de la consultation, présentez le bon de prise en charge avec votre courrier d'invitation et votre carte Vitale. Vous n'avez rien à payer. Le radiologue est remboursé directement par la Caisse.

 

Le radiologue réalisant le dépistage organisé est spécialement formé, le matériel de radiologie est soumis au respect de normes strictes. Il réalise une mammographie (2 clichés par sein) et un examen clinique (palpation des seins). Dès la fin des examens, il vous donne les premiers résultats.


Dans le cadre du dépistage organisé, en l'absence d’anomalie, la mammographie est obligatoirement vérifiée par un second radiologue.


Conservez vos clichés de mammographie. Une nouvelle invitation de prise en charge vous sera automatiquement adressée deux ans plus tard et vous devrez présenter les anciens clichés pour comparaison.


En cas d'anomalie détectée, des examens complémentaires sont proposés : échographie, prélèvement (ponction, biopsie etc.) pour déterminer avec certitude le diagnostic.

 

Vos médecins sont là pour vous conseiller, n’hésitez pas à leur poser des questions. Grâce à ce dialogue, vous pourrez prendre les décisions adaptées à votre situation.

 

 

Info Plus

 

  • Cancer Info Service : 0810 810 821 (prix appel local)
  • Institut National du Cancer (INCa) : cliquez ici
  • Institut National de Prévention et d’éducation pour la Santé (INPES) : cliquez ici
  • Institut National de Veille Sanitaire (INVS) : cliquez ici
  • Programme National Nutrition Santé (PNNS) : cliquez ici
 

    

Le dépistage du cancer colorectal

Nous nous associons au programme national de dépistage organisé du cancer colorectal : toutes les femmes et hommes âgés de 50 à 74 ans sont invités tous les deux ans à bénéficier d’un test de dépistage gratuit.

 

Le cancer colorectal : le 3ème cancer le plus fréquent

Le cancer du colon est le 3ème cancer le plus fréquent avec plus de 42 000 nouveaux cas par an, et le 2ème cancer le plus meurtrier en France. Pourtant, détectés tôt, 9 cancers du colon sur 10 peuvent être guéris.

 

Qui est concerné ?

Près de 95 % des cancers colorectaux sont diagnostiqués après 50 ans, chez les hommes comme chez les femmes. C’est pourquoi le dépistage du cancer colorectal est recommandé aux hommes et aux femmes entre 50 et 74 ans ne présentant ni symptôme, ni facteur de risque particulier. Il peut être proposé en dehors de cette tranche d’âge aux personnes à risque élevé.

 

Pourquoi se faire dépister ?

Le cancer du colon se développe lentement, le plus souvent à partir de petites lésions nommées  « polypes » qui tapissent la paroi interne du colon. Le dépistage permet de découvrir un cancer à un stade très précoce, de traiter des polypes avant transformation en cancer. Plus un cancer colorectal est détecté tôt, moins les traitements sont lourds et plus les chances de guérison sont importantes.

 

Comment se déroule le dépistage ?

Des centres de coordination des dépistages (placés sous la responsabilité du Ministère de la Santé) assurent l'organisation locale des dépistages. Ils envoient, tous les 2 ans, un courrier aux hommes et aux femmes âgés de 50 à 74 ans les invitant à retirer un test de dépistage chez leur médecin traitant. Le test est simple et indolore, à faire chez soi.

 

 

 

 

Si le test est positif, le médecin vous adresse à un gastroentérologue pour la réalisation d’une coloscopie. Dans plus de la moitié des cas, la coloscopie ne décèle aucune anomalie. Elle détecte un polype dans 30% à 40% des cas et un cancer dans 8% des cas.


Le test doit être répété tous les deux ans mais en cas de signes d’alerte entre deux tests, une consultation médicale est recommandée.

 

Un nouveau test plus simple et performant

Un nouveau test immunologique est désormais disponible dans le cadre du dépistage organisé. Ce nouveau test vise à détecter la présence anormale de sang humain dans les selles. Il est :

  • Plus simple et plus pratique : il ne nécessite qu’un seul prélèvement de selles, contre six auparavant
  • Plus performant : ce nouveau test a une sensibilité supérieure.
  • Plus fiable : la lecture automatisée de ce test garantit une meilleure fiabilité.
 Un examen pris en charge à 100% Vous n’avez pas de frais à avancer. Le kit de dépistage vous est remis gratuitement par votre médecin traitant. L'analyse du test est automatiquement prise en charge à 100% par la Caisse.

 

 

Info Plus

 
  • Chaque situation est unique. Seul votre médecin peut déterminer précisément les modalités de dépistage ou de suivi adaptés à votre cas.
  • Institut National du Cancer (INCa) : cliquez ici
  • Cancer Info Service : 0810 810 821 (prix d’un appel local) du lundi au vendredi de 9 h à 19 h, et le samedi de 9 h à 14 h.
  • Auprès de la structure en charge des dépistages dans votre département. Cliquez ici pour connaître ses coordonnées.
 

 

Le dépistage du cancer du col de l’utérus

Le cancer du col de l’utérus est le 12ème cancer le plus fréquent chez la femme en France. Il touche 3 000 femmes chaque année et il est la cause de près de 1 000 décès par an.


Il y a deux moyens pour agir face au cancer du col de l'utérus : le dépistage par frottis du col utérin et la vaccination contre certains papillomavirus humains (HPV). (Lien vers la page « Vaccinations »)

 

Le frottis, pourquoi c’est important ?

Le cancer du col de l’utérus est causé principalement par des virus très répandus, qui se transmettent par la voie sexuelle, appelés papillomavirus humains (HPV). Lorsque ce virus s’installe durablement au niveau du col de l’utérus, il peut provoquer des modifications de la muqueuse - des lésions précancéreuses. Dans de rares cas, il arrive que ces lésions évoluent vers un cancer. L’évolution est lente : un cancer apparaît généralement 10 à 15 ans après l’infection persistante par le virus.


Le dépistage par frottis du col utérin permet de détecter des cellules anormales à un stade précoce et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer. Le frottis est un examen non douloureux, simple et rapide qui consiste à prélever des cellules sur le col de l'utérus. Il peut être réalisé par un médecin (gynécologique ou généraliste), une sage-femme, ou certains laboratoires d'analyse médicale, sur prescription médicale. Le prélèvement est ensuite envoyé à un laboratoire d'analyse médicale.

 

Pour qui ?

La Haute Autorité de Santé recommande de réaliser un frottis du col utérin tous les trois ans chez les femmes de 25 à 65 ans, vaccinées ou non. Les deux premiers frottis doivent être réalisés à un an d'intervalle. Si ces deux premiers frottis sont normaux, le frottis doit ensuite être fait tous les trois ans.


 

 En France, ces vingt dernières années, deux fois moins de femmes ont été touchées par ce cancer, grâce notamment au frottis et à l’amélioration des traitements. C’est un examen simple qui peut sauver des vies.

 

 

Quelle prise en charge ?

Nous prenons en charge l’analyse du frottis et les consultations chez votre médecin ou votre sage-femme, dans les conditions habituelles de remboursement.

 

 

Info Plus

 

  • Institut National du Cancer (INCa) : cliquez ici
  • Cancer Info Service : 0810 810 821 (prix d’un appel local) du lundi au vendredi de 9 h à 19 h, et le samedi de 9 h à 14 h.
  • Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPES) : cliquez ici
  • Institut National de Veille Sanitaire (INVS) : cliquez ici