Dépistage organisé du cancer du sein

Quoi ?

Un sein comprend environ 20 lobes séparés par du tissu graisseux lui donnant sa forme. Un lobe est fait de lobules (produisant le lait), de canaux (galactophores) transportant le lait vers le mamelon. Dans le cancer du sein, ce sont les cellules des lobules, des canaux qui deviennent cancéreuses. Elles peuvent atteindre les tissus voisins, d'autres organes. Différents types de cancer du sein existent, l'adénocarcinome est le plus fréquent. Chaque type de cancer est particulier et son traitement est spécifique.

Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent (> 50 000 nouveaux cas en 2009), la 1ère cause de décès par cancer (> 10 000 décès par an). Chez l'homme, il est très rare (<1%). Le risque de ce cancer augmente à partir de 50 ans. Les causes sont mal connues mais des facteurs de risques sont identifiés :

  • 1ères règles précoces (avant 12 ans) et ménopause tardive (après 55 ans) ;
  • pas de grossesse, 1ère grossesse tardive ;
  • traitement hormonal substitutif de la ménopause pendant plus de 10 ans ;
  • tabac, alcool ;
  • alimentation trop riche (graisses, sucres) ;
  • sur poids, obésité ;
  • antécédents personnels et familiaux de cancer du sein, d'hyperplasie atypique, de cancer du côlon, de l'ovaire ;
  • prédispositions génétiques.

Les grossesses, l'allaitement prolongé auraient un effet protecteur.

 

Pourquoi ?

C'est un cancer grave : d'évolution lente, longtemps sans signes extérieurs, il est, sans le dépistage, souvent découvert très tard, à un stade avancé.

Plus la maladie est découverte à un stade précoce, plus les chances de guérison sont grandes : les tumeurs détectées quand elles sont petites (< 10 mm) peuvent guérir.

Le dépistage systématique est le seul moyen de découvrir un cancer à un stade très précoce.

L'intérêt de faire un dépistage, l'âge auquel il faut le faire, la fréquence, les moyens de surveillance varient selon les personnes : le médecin décide avec la personne, en fonction des éléments cliniques, de l'intérêt, du moment de le réaliser.

 

Qui ?

Le dépistage organisé est recommandé aux femmes âgées de 50 à 74 ans, en l'absence de signes, d'antécédents particuliers.

Chez les personnes à risque plus élevé, le dépistage peut être proposé en dehors des tranches d'âge recommandées, à une fréquence différente.

 

A partir de 50 ans, il est recommandé de faire une mammographie tous les 2 ans, même si l'on se sent bien.

Entre temps, il faut surveiller la survenue de signes d'alerte au niveau du sein : grosseur, anomalie de forme, rougeur, aspect peau d'orange de la peau, écoulement anormal du mamelon.

En cas de doute, ne pas hésiter à consulter un médecin.

 

Comment ?

Le dépistage organisé repose sur la radiographie des seins : la mammographie. Elle permet d'avoir une image de la structure interne du sein, de voir des anomalies non visibles à l'oeil nu, non palpables.

La femme concernée reçoit tous les 2 ans un courrier de la structure départementale chargée du dépistage. Il faut alors prendre rendez-vous avec un radiologue de la liste des médecins agréés jointe. Cet examen est pris en charge à 100%.

Le radiologue réalisant le dépistage organisé est spécialement formé, le matériel de radiologie est soumis au respect de normes strictes.
Avant la mammographie, le médecin examine les seins (palpation).Il effectue ensuite la mammographie complète (2 clichés par sein) et donne aussitôt une 1ère analyse.

L'examen dure environ 15 minutes : pour la 1ère radiographie, le sein est placé sur une plaque et compressé par une 2nde plaque. Cette pression, courte, peut être désagréable voire un peu douloureuse. L'appareil pivote pour le 2nd cliché. La même procédure est répétée pour l’autre sein.

En l'absence d’anomalie, la mammographie est obligatoirement vérifiée par un second radiologue. La seconde vérification n'est faite que pour le dépistage organisé.

En cas d'anomalie détectée, des examens complémentaires sont proposés : échographie, prélèvement (ponction, biopsie), … pour déterminer avec certitude le diagnostic.

Les mammographies doivent être gardées pour le dépistage suivant.

Bon à savoir

Dépistage systématique : seul moyen actuel pour découvrir un cancer à un stade très précoce.

Certaines habitudes de vie sont des facteurs de risques de cancer du sein : tabac, alcool, déséquilibre alimentaire, inactivité…

Chaque année, en octobre, les associations, les structures s'occupant du dépistage au niveau local organisent des actions d'informations soutenues par les autorités de santé et l'Institut National du Cancer : opération « Octobre Rose ».

Vos médecins (généraliste, gynécologue) sont là pour vous conseiller, n'hésitez pas à leur poser des questions. Grâce à ce dialogue, vous pourrez prendre les décisions adaptées à votre situation.

 

L'info plus

 

 

 

LES TEXTES DE REFERENCE :

  • C. Hill, F. Doyon, A. Mousannif. Evolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006. INVS. Mai 2009.
  • M. Gorza, E. Salines, A. Danzon, J. Bloch, Programme de dépistage du cancer du sein en France, Résultats 2006. INVS. Septembre 2009.
  • Guide Patient Affection de Longue durée. Prise en charge du cancer du sein. HAS/INCA. Juin 2010.
  • Le guide comprendre le cancer du sein. INCA. 2007.
  • Place de la mammographie numérique dans le dépistage organisé du cancer du sein. HAS. Octobre 2006.
  • Surveillance des cancers en France : état des lieux et perspectives en 2007. INVS. BEH n°9-10 mars 2007.